Le capteur de rêves

Pour capter les rêves des jeunes Canadiens et les partager, l’artiste mi’kmaq Nick Huard fabriquera un capteur de rêves géant qui inclura le grand capteur de rêves de chaque province et territoire ainsi que tous ceux que les jeunes qui auront participé aux ateliers auront créés. L’œuvre finale, composée de près de 300 capteurs de rêves, sera installée dans la Salle commémorative du Centre des arts de la Confédération, à Charlottetown, Île-du-Prince-Édouard, durant l’été 2017 où le public pourra l’admirer.


Legend of the Dreamcatcher

LA LÉGENDE DU CAPTEUR DE RÊVES

Il y a plus de 500 Premières Nations sur l’île de la Tortue (Amérique du Nord) et nombre d’entre elles ont leurs propres légendes du capteur de rêves, mais on admet généralement que les capteurs de rêves sont un outil qui nous a été transmis par les Ojibway par les mariages entre nations et le commerce. 

D’après le programme de planification autochtone de l’Université  du Manitoba, l’histoire veut qu’il y a longtemps, quand le monde était jeune, un chef spirituel Lakota se trouvait sur une haute montagne lorsqu’une vision de l’esprit malveillant et professeur de sagesse, revêtant la forme d’une araignée, lui est apparue. Iktomi lui parla dans la langue sacrée. En parlant, l’araignée Iktomi s’empara du cerceau de saule de l’ancien, cerceau qui était décoré de plumes, de crins de chevaux, de perles et de dons et commença à tisser une toile.

Il parla à l’ancien des cycles de la vie; comment nous entrons dans la vie comme nouveau-né, progressons dans l’enfance puis dans l’âge adulte. Finalement, avec la vieillesse, le cycle se complète. « Mais, dit Iktomi tout en continuant de tisser sa toile, toutes les périodes de la vie comportent de nombreuses forces; certaines bonnes, d’autres mauvaises. Si on écoute les bonnes forces, elles nous mèneront dans la bonne direction. Mais si on écoute les mauvaises, elles nous entraîneront dans la mauvaise direction et pourront nous blesser. Ces forces peuvent donc nous aider ou interférer avec l’harmonie de la Nature. » 

Lorsqu’Iktomi eut fini de parler, il remit sa toile à l’ancien et dit « La toile forme un cercle parfait avec un trou au milieu. Sers-toi de la toile pour aider ton peuple à atteindre ses buts, à faire bon usage de ses idées, rêves et visions. Si tu crois dans le Grand Esprit, la toile attrapera les bonnes idées tandis que les mauvaises passeront par le trou. » L’ancien fit part de sa vision à son peuple et maintenant, de nombreux autochtones suspendent un capteur de rêves au-dessus de leur lit pour attraper leurs rêves et leurs visions. Le bien est capturé dans la toile de la vie et les gens le conservent avec eux, mais le mal contenu dans leurs rêves passe dans le trou de la toile et quitte leur vie. On dit que le capteur de rêves tient les rênes de l’avenir.